Séraphin Rose sur la Russie à la fin des temps

Cet article un peu long, et je m’en excuse, est basé sur une lecture donnée à San Francisco le 3 Août 1981 par le bienheureux hiéromoine Séraphin (Rose) lors des Conférences de la jeunesse de l’Eglise orthodoxe russe à l’étranger. Le bienheureux Séraphin est un moine états-unien né à San Diego en

Monastère Saint Herman of Alaska en Californie

Monastère Saint Herman of Alaska en Californie

1934, fondateur du monastère Saint Herman of Alaska, à Platina en Californie. Séraphin, né Eugène Dennis Rose a grandi dans une famille d’artistes. Sa mère est la peintre impressionniste Esther Rose et sa sœur ainée est la romancière et journaliste Eileen Rose Busby. Il est baptisé à 14 ans dans l’église méthodiste que fréquente sa famille mais devient athée durant ses études pendant lesquelles il s’intéresse aux philosophies orientales, en particulier au bouddhisme et plus précisément au penseur chinois Lao Tseu à qui il consacre sa thèse. Dans sa quête de spiritualité il lit René Guénon et rencontre le maître taoï ste Gi-ming Shien. A cette époque Eugène Dennis Rose a des aventures homosexuelles avec certains de ses camarades d’université. Sa quête spirituelle trouvera son accomplissement en 1962 dans la rencontre avec l’Église Russe hors les frontières. En 1964 il ouvre une librairie orthodoxe à San Francisco. Il recevra la tonsure en 1970 et prendra le nom de Séraphin (Seraphim en anglais.) en hommage à Saint Séraphin de Sarov dont il traduit les livres en anglais. Il est ordonné prêtre en 1977. Il sera très critique vis à vis de l’approche moderniste du rapprochement œcuménique initié par Vatican II. Séraphin a considérablement participé à l’édification d’une orthodoxie des Etats-Unis notemment par son travail de traduction des textes des Saints Pères de l’Eglise en anglais et la publication de revues permettant au public nord-américain de découvrir cette orthodoxie inconnue. Il s’est endormi dans le Seigneur en 1982. La conférence que je traduis ci après est donc l’une des dernières qu’il ait donnée. Elle précède de 10 ans la chute de l’URSS et de 20 ans la reconstruction de la cathédrale de Moscou. Pourtant, tout ce qui devait advenir est clairement anticipé par le bienheureux Séraphin qui fait une synthèse magistrale des prophéties des saints staretz russes qui l’ont précédé et dont j’ai publié quelques unes des plus significatives sur ce blog afin de jeter un lumière spirituelle sur les évènements que nous vivons. Écoutons donc le bienheureux Séraphin.

 

L’avenir de la Russie et la fin du monde

image

le père Séraphin Rose

Chaque chrétien orthodoxe est placé entre deux mondes: ce monde déchu où nous essayons de travailler à notre salut, et l’autre monde, le ciel, la patrie vers laquelle nous nous efforçons de tendre, et qui, si nous menons une véritable vie chrétienne, nous donne la source d’inspiration pour vivre au jour le jour en vertu chrétienne et d’amour.

Mais ce monde-ci est trop proche de nous. Nous avons souvent tendance, et en particulier de nos jours, à oublier le monde céleste. La pression de la mondanité est si forte aujourd’hui que nous perdons souvent de vue la finalite de notre vie chrétienne. Même si nous assistons aux services religieux fréquemment et nous considérons comme des membres actifs de l’église, combien de fois notre vie spirituelle ne se résume-t-elle qu’à quelque chose d’extérieur, liée avec de belles cérémonies et toute la richesse de notre tradition de culte orthodoxe. Il y manque une réelle conviction intérieure, la conviction que l’orthodoxie est la foi qui peut sauver notre âme pour l’éternité, manquant de véritable amour et d’engagement au Christ, le Dieu incarné et fondateur de notre foi. Bien souvent notre vie spirituelle se résume à une habitude, quelque chose que nous affichons extérieurement mais qui ne nous change pas intérieurement, ne nous fait pas grandir spirituellement pour nous conduire à la vie éternelle en Dieu.

Notre temps

Nous vivons ces temps à propos desquels notre Seigneur nous avertissait que « l’amour de beaucoup se refroidira» [Saint Matthieu 24:12], dans les derniers temps où l’Evangile chrétien qui a été reçu avec une telle ferveur par les premiers chrétiens est devenu une simple petite partie de la vie mondaine que la plupart d’entre nous menons, au lieu de constituer le centre et le sens de notre vie comme elle devrait l’être, dès lors que nous réalisons ce que notre foi est véritablement. Le christianisme orthodoxe, en tant que foi brûlante, assumée sans honte comme la chose la plus précieuse dans notre vie, est dans une large mesure dans un état de déclin et de retrait dans le monde d’aujourd’hui.

Mais ironiquement – et providentiellement – alors que l’orthodoxie semble en retrait, la Russie (ou plutôt, l’Union Soviétique, le régime athée qui a asservi la terre russe) a progressé et possède maintenant un leadership mondial inédit dans l’Histoire. Par conséquent, ce qui se passe en Union Soviétique est aujourd’hui [en 1982] regardé avec beaucoup d’intérêt par le reste du monde. Et de manière significative, une bonne partie de ce qui se passe en Union Soviétique aujourd’hui porte sur la vie de la vraie Russie – la Russie orthodoxe. Le renouveau orthodoxe en Russie aujourd’hui est étroitement liée à l’avenir de la terre russe.

Au 19ème et début du 20ème siècle, la Russie avant la révolution de 1917, il y avait des hommes inspirés qui ont prophétisé non seulement  la venue de l’athéisme à la Russie et l’époque de sang et d’esclavage qu’il a introduit dans le monde, mais également ce qui arriverait à Russie après cette époque, si le peuple russe orthodoxes se repent de ses péchés.

Regardons donc ces prophéties et la façon dont ils sont liés avec ce qui se passe en Russie aujourd’hui. Penchons-nous sur elle non pas avec la superficialité de point de vue des magazines d’information populaires, mais en profondeur et tâchons de percevoir cette chose qui se produit à l’intérieur de l’âme russe, au cœur de la Russie et ce que nous pouvons en attendre selon ces prophéties particulières et selon notre connaissance des prophéties plus générales concernant ce qui doit advenir avant la fin du monde.

La fin du monde

Mais pourquoi devrions-nous parler de la fin du monde? Vivons-nous vraiment dans les derniers temps de ce monde? Pourquoi lions-nous ensemble l’avenir de la Russie et la fin du monde?

image

La colombe lâchée à Rome par le pape François en 2013 attaquée par un corbeau et une mouette

Même les auteurs profanes qualifient notre époque « d’apocalyptique ». Et vraiment, les problèmes qui affligent le monde aujourd’hui – l’épuisement des ressources et de la nourriture, la surpopulation, les monstruosités littérales créés par la technologie moderne, et en particulier des armes capables de détruire des pays entiers ou même toute la terre civilisée – convergent à l’approche d’une crise de l’histoire humaine  qui va bien au-delà tout ce que le monde a jamais vu, et peut-être même jusqu’à la fin littérale de la vie sur la terre.

Dans le même temps, les penseurs religieux soulignent l’épanouissement de mouvements religieux non-chrétiens de notre temps et  prévoient un «nouvel âge» dans lequel une «nouvelle conscience religieuse» va dominer les esprits et mettre fin au règne de 2000 ans du christianisme. Les astrologues se réfèrent à «l’ère du Verseau» qu’ils pensent voir débuter autour de l’année 2000. Et l’approche même de l’an 2000 inspire dans beaucoup d’esprits l’idée d’une nouvelle époque, quelque peu différente de tout le reste de l’histoire humaine .

L’hérésie millénariste

Parmi les nombreux chrétiens non orthodoxes ces idées prennent la forme d’un enseignement appelé « millénariste » ou « millénarisme » – la croyance que le Christ est bientôt venu sur la terre et régner ici avec ses saints pendant mille ans avant la fin du monde . Cet enseignement est une hérésie qui a été condamné par les premiers Pères de l’Église; il a son origine dans une mauvaise interprétation du livre de l’Apocalypse. L’Église orthodoxe enseigne que le règne du Christ avec ses saints, quand le diable est «lié» pendant mille ans [Apoc 20: 3] est la période que nous vivons maintenant dans, l’ensemble de la période (1000 étant une plénitude nombre symbolique) entre la première et seconde parousie du Christ. Dans cette période, les saints règnent de façon mystique avec le Christ dans son Église, mais ce règne ne doit pas être défini dans le sens extérieur, politique que les millénaristes donnent. Le diable est vraiment lié au cours de cette période – c’est à dire qu’il est restreint dans l’exercice de sa mauvaise volonté contre l’humanité – et les croyants qui vivent la vie de l’Église et reçoivent les Saints Mystères du Christ vivent une vie bénie qui les prépare pour l’union céleste éternelle. Les non-orthodoxes, qui n’ont pas les saints Mystères et n’ont pas goûté la vraie vie de l’Église, ne peuvent pas comprendre ce règne mystique du Christ et ainsi cherchent un règne politique et extérieur.

Et c’est ainsi que pour eux l’avenir du monde, dans lequel la Russie n’occupera évidemment pas une place centrale, est lié aux idées soit de la fin du monde dans un sens physique, ou la fin du monde civilisé tel que nous le connaissons et à la venue d’une nouvelle époque aux qualités presque paradisiaques.

Certains ont aussi interprété la place de la Russie dans cette nouvelle ère avec les termes de l’hérésie du millénarisme. En fait, si nous regardons de près l’enseignement du communisme, qui a pris possession de la société russe dans ces dernières soixante et quelques années, nous pouvons voir que c’est une version laïque de l’idée millénariste; elle enseigne qu’une toute nouvelle ère historique commence avec le communisme, que lorsque le communisme dominera finalement le monde, il y aura le bonheur universel et nous verrons la libération de l’humanité de tout ce qui l’a lié dans le passé, y compris de la religion.

Aujourd’hui, après 60 années d’expérience communiste en Russie, et une période plus courte dans d’autres pays, nous pouvons voir à quel point les croyances sous-jacentes du communisme étaient simplistes. La réalité du communisme n’est pas le paradis sur terre, mais le Goulag; l’humanité n’a pas été «libérée» du tout, mais au contraire a été asservie plus que jamais. Cependant la Russie, le premier pays à expérimenter le joug communiste, est aussi le premier pays à commencer à se réveiller et a y survivre; bien que le règne de la tyrannie communiste continue en Russie, l’athéisme n’a pas vaincu l’âme de la Russie, et l’éveil religieux qui peut être vu aujourd’hui en Russie n’est sans doute que le début de quelque chose d’immense et fondamental : la guérison de l’âme de toute une nation de la peste de l’athéisme. C’est la raison pour laquelle la Russie d’aujourd’hui peut parler d’une parole grave au monde entier, alors même qu’il plonge à son tour dans ce piège de l’athéisme dont la Russie est en train d’émerger; et c’est pourquoi l’avenir de la Russie est si étroitement liée, dans un sens mystique, à l’avenir du monde dans son entier.

La fin du monde dans la prophétie chrétienne

Avant d’aborder spécifiquement les prophéties sur la Russie, je voudrais résumer l’enseignement orthodoxe général sur ce qui doit arriver juste avant la fin du monde. Cela nous donnera un contexte dans lequel placer les prophéties concernant l’avenir de la Russie.

Les événements avant la fin du monde sont décrits dans divers endroits dans l’Ecriture sainte : Au chapitre 24 de Matthieu et dans des chapitres parallèles dans les autres évangiles;  dans la plus grande partie du livre de l’Apocalypse, en particulier le chapitre 8 et au-delà; au deuxième chapitre de Thessaloniciens II; de Saint Pierre II, chapitre 3; dans plusieurs chapitre du livre de Daniel; et d’autres passages.

image

Peinture des fresques de la nouvelle église orthodoxe de la Sainte Trinité à Carmel Indianapolis.

L’Apocalypse décrit ces événements dans une série de visions : certaines lumineuses et positifs, relative à la réalisation de la justice de Dieu et le salut de ses élus; et certaines sombres et négatives, concernant les terribles fléaux qui s’abattront sur la terre pour les péchés de l’humanité. Parfois nous avons tendance de nos jours à souligner le côté sombre et négatif, voire l’augmentation du mal autour de nous; mais cela vient de notre pusillanimité et de notre mondanité – nous devons nous en préserver et regarder le tableau d’ensemble.

Comme le temps de la fin de ce monde se approche, il est vrai qu’il y aura un temps de tribulation tels que le monde n’en a jamais vu [Saint Matthieu 24:21]: il y aura des famines, des tremblements de terre, des guerres et de bruits de les guerres, des persécutions, des faux prophètes et de faux Christs et l’amour de beaucoup (y compris chez les chrétiens) se refroidira. Mais en même temps l’Évangile sera prêché à toutes les nations, et ceux qui endureront jusqu’à la fin avec l’aide du Christ seront sauvé.

La religion du mal et du faux dans le monde se terminera par le règne de l’Antéchrist, un maître du monde qui semblera apporter la paix sur les désordres du monde et paraitra comme le Christ revenu sur Terre, régnant du Temple restauré à Jérusalem.

Mais il y a ceux qui voient au delà la tromperie. En particulier, deux prophètes de l’Ancien Testament qui ne sont pas morts seront de retour sur Terre – Elie pour convertir les Juifs, et Enoch de prêcher aux autres nations. Le court règne de l’Antéchrist – seulement trois ans et demi – finira dans de nouveaux troubles et de nouvelles guerres, au milieu desquelles le Christ lui-même viendra du ciel, précédé par le signe de la Croix, et ce monde sera consumé par le feu et totalement rénové, en même temps que les corps des morts se relèveront de la tombe et seront rejoint à leurs âmes afin qu’ils se tiennent devant le jugement final de Dieu. Maintenant, avec ce contexte général des événements des derniers temps, penchons-nous sur les prophéties spécifiques concernant la Russie.

L’avenir de la Russie

En 19e siècle en Russie un certain nombre de prophètes – et même certains laïcs clairvoyants comme Dostoïevski – prévoyait la Révolution qui viendrait à la Russie à la suite de l’incrédulité, de la mondanité, et d’une attitude purement formelle envers l’orthodoxie, dépourvu de la flamme de la foi et du don de soi que demande l’orthodoxie. Certains ont perçu en termes généraux le spectre du terrible désastre prêt à s’abattre sur la terre russe, de même que l’évêque Théophane le Reclus quand il regardait le manque de vraie foi chrétienne dans tant de gens et s’écria: Dans une centaine d’années, que restera-t-il de notre orthodoxie?

D’autres ont vu plus spécifiquement l’affreuse Révolution qui devait se propager dans le monde entier. Ainsi, saint Jean de Cronstadt a déclaré, dans un sermon prononcé en 1904: « Russie, si tu défailles loin de ta foi, comme la classe intellectuelle qui a déjà chût, tu ne seras pas plus la Russie que la Sainte Russie. Et s’il n’y a pas de repentir dans le peuple russe la fin du monde sera proche. Dieu retranchera le pieux tsar et enverra un fléau en la personne de dirigeants autoproclamés cruels  et impies, qui inonderont toute la terre de sang et de larmes.« [Père Jean de Cronstadt, 50e livre anniversaire, Utica, NY, 1958, p.164].

imageVoilà l’état dans lequel se trouve le monde aujourd’hui, avec près de la moitié de celui-ci baignant dans le sang d’une tyrannie durable qui a commencé en 1917 avec la Révolution russe. Y a-t-il un espoir pour la délivrance, ou bien l’athéisme va-t-il conquérir le monde entier et mettre en place le royaume de l’Antéchrist?

Nous avons de bonnes raisons de douter que les événements futurs seront aussi simple que cela, à la fois parce que le pays par lequel a débuté le règne de l’athéisme, la Russie, est actuellement l’objet d’un réveil religieux qui est déjà un obstacle à la propagation de l’athéisme, mais aussi parce que l’Antichrist, selon la prophétie orthodoxe, ne sera pas simplement un tyran athée comme peut l’être un Staline, mais une figure religieuse qui amènera les gens à l’accepter par la persuasion plutôt que par la force.

Les saints hommes vivant en Russie au début de la Révolution étaient au courant de la nature apocalyptique de cet événement et savaient que ce serait un processus long et difficile pour la terre russe. Mais ils prévoyaient également qu’il y aurait un terme à ce processus.

Le vénérable Alexis de l’Hérmitage du Zosima, qui était le moine dont l’influence fut décisive dans l’élection du patriarche Tikhon, a entendu des gens qui criaient à l’église dans le monastère de Chudov (aux premiers mois confus de la Révolution):«Notre Russie est perdue , la Sainte Russie est perdue !» Ce à quoi il a répondu:« Qui dit que la Russie est perdue, qu’elle a péri? Non, non, elle ne est pas perdue, elle n’a pas péri et elle ne périra pas – mais le peuple russe doit être purifiée du péché par de grandes épreuves. Il faut prier et se repentir avec ferveur. Mais la Russie n’est pas perdue et elle n’a point péri !« [Russie orthodoxe, 1970, no. 1, p. 9].

Le staretz Anatole le Jeune d’Optina, dans les premiers jours de la Révolution, en Février 1917, fait une prophétie sous la forme d’une image vivante de l’avenir de la Russie: «Il y aura une tempête. Et le navire russe sera mis en pièces. Mais les gens peuvent être sauvés même sur des éclats et des fragments. Tout le monde ne périra pas. Il faut prier, tout le monde doit se repentir et prier avec ferveur. Et que se passe-t-il après la tempête? Il y a le calme. » À ce tout ceux qui lui disaient: «Mais il n’y a plus de bateau, il est brisé en morceaux; il a péri, tout a péri ». Batiushka disait «Ce n’est pas ainsi. Un grand miracle de Dieu se manifestera. Et tous les éclats et des fragments, par la volonté de Dieu et de sa puissance, se regrouperont pour être unis, et le navire sera reconstruit dans sa beauté et suivra de sa propre voie  prédestiné par Dieu. Et ce sera un miracle évident pour tout le monde. »[Russie orthodoxe, 1970, no. 1, p. 9].

Le vénérable Barnabas du skéte de Gethsémani parlait avant la Révolution de la catastrophe à venir sur la Russie et des cruelles persécutions que subirait la foi orthodoxe. Il a dit: «Les persécutions contre la foi croissent en permanence. Il y aura un chagrin et une l’obscurité inouïs, et presque toutes les églises seront fermées. Mais quand il semblera aux gens qu’il leur sera impossible de le supporter plus longtemps, la délivrance viendra. Il y aura une floraison. Des églises vont même commencer à être construites. Mais ce sera une floraison avant la fin. » [lettre privée à N. Kieter].

Le moine Aristocleus, peu de temps avant sa mort en Août 1918, a déclaré que «Nous subissons maintenant les temps avant de l’Antéchrist, mais la Russie sera encore livrée. Il y aura beaucoup de souffrance, beaucoup torture. L’ensemble de la Russie deviendra une prison, et il faut beaucoup prier le Seigneur pour le pardon. Il faut se repentir de ses péchés et craindre de commettre le moindre péché, mais s’efforcer de faire le bien, même le plus petit. Car même l’aile d’une mouche a un poids et la balance de Dieu est exacte. Et quand même la plus insignifiante bonté l’emportera sur le mal, alors Dieu révélera sa miséricorde sur la Russie. Dix jours avant la fin (de sa vie), il dit que la fin viendrait à travers la Chine. Il y aura et extraordinaire explosion et un miracle de Dieu sera manifestée. Et il y aura une vie tout à fait différente, mais tout cela ne sera pas pour longtemps. »[Orth. Russie, 1969, n ° 21, p. 3].

Le vénérable Nectaire d’Optina dans les années 1920 a prophétisé: «La Russie se redressera et matériellement elle ne sera pas riche. Mais dans l’esprit, elle sera riche. Et à Optina seront encore sept chandeliers, sept piliers »[IM Kontzevich, Monastère d’Optina et son époque, Jordanville, 1973, p.538].

imageL’archevêque Théophane de Poltava résume dans les années 1930 les prophéties qu’il avait reçues de ces anciens comme ceci : «Vous m’interrogez sur le proche avenir et sur les dernièrs temps. Je ne parle pas de mon propre chef, mais je donne la révélation de nos aînés: la venue de l’Antichrist se rapproche et est très proche. Le temps qui nous sépare de lui doit être compté en années et au plus en quelques décennies. Mais avant la venue de l’Antichrist la Russie doit encore être rétablie, pour être sauve pendant une courte période. Et en Russie, il doit y avoir un tsar choisi par le Seigneur Lui-même. Ce sera un homme de foi ardente, un grand esprit et une volonté de fer. Ce bienfait le concernant a été révélé. Nous allons attendre l’accomplissement de ce qui a été révélé. A en juger par de nombreux signes il approche, à moins qu’à cause de nos péchés, le Seigneur Dieu ne le révoque, modifiant ce qui a été promis. Selon le témoignage de la parole de Dieu, cela arrive aussi parfois. »[La Parole orthodoxe, 1969, no. 4, p. 194].

Ainsi nous pouvons voir dans les prophéties de ces hommes, inspirés de Dieu dans la première partie de ce siècle, une attente certaine de la restauration de la Sainte Russie, et même d’un tsar orthodoxe, pendant une courte période peu de temps avant la venue de l’Antéchrist et de la fin du monde. Ce sera quelque chose de miraculeux et non un événement historique ordinaire. Mais en même temps c’est quelque chose qui dépend du peuple russe lui-mêmes, parce que Dieu agit toujours par la volonté libre de l’homme. Tout comme Ninive a été épargnée lorsque les gens se sont repentis, rendant ainsi les prophéties de Jonas sur sa destruction fausse, de même les prophéties de la restauration de la Russie se révéleront fausses s’il n’y a pas le repentir dans le peuple russe.

Monseigneur Jean Maximovitch de mémoire bénie, dont la tombe se trouve dans la cathédrale même où les services ont eu lieu ce matin, a profondément réfléchi sur le sens de la Révolution russe et l’exil de beaucoup de Russes. Dans son rapport à la communauté de la diaspora russe en Yougoslavie en 1938, il a écrit :

« Le peuple russe dans son ensemble a commis de grands péchés qui sont la cause des malheurs présents: les péchés spécifiques sont la rupture du serment et le régicide. Les dirigeants publics et militaires ont renoncé à leur obéissance et fidélité au tsar avant même son abdication, forçant ce dernier et ceux qui ne voulaient pas que le sang soit versé dans le pays à partir; et les gens ont ouvertement et bruyamment acclamé cet acte, et nulle part il ne s’en est trouvé pour exprimer haut et fort sa réprobation d’une telle chose. Les coupables du péché de régicide ne sont pas seulement ceux qui l’ont physiquement effectué, mais tout le peuple qui se réjouissaient de l’occasion du renversement du tsar et ont permis son abaissement, son arrestation et son exil, le laissant sans défense dans les mains des criminels, ce qui constitue déjà en soi une fin prédéterminés. Ainsi, la catastrophe qui s’est abattue sur la Russie est la conséquence directe des terribles péchés, et la renaissance de la Russie n’est possible qu’après leur expiation. Toutefois, jusqu’à maintenant il n’y a pas de repentance sincère, les crimes qui ont été effectuées n’ont manifestement pas été condamnés, et de nombreux participants actifs à la Révolution continuent encore aujourd’hui d’affirmer qu’à l’époque il n’était pas possible d’agir d’une toute autre façon. En n’exprimant pas une condamnation directe de la révolution de Février, le soulèvement contre l’oint de Dieu, le peuple russe continue à participer au péché, surtout quand ils défendent les fruits de la révolution « [La Parole orthodoxe, 1973, no. 50, p. 91].

Bien sûr, le régicide n’est pas le seul péché qui se trouve sur la conscience du peuple russe orthodoxe. Ce crime est, pour ainsi dire, un symbole de l’apostasie de la Russie du Christ et de la véritable orthodoxie – un processus qui a pris la plupart des 19e et 20e siècles, et qui est peut-être en train de s’inverser seulement maintenant. Il est très intéressant de noter qu’en Russie, même aujourd’hui, la question de la glorification du tsar avec les autres Nouveaux Martyrs est liée à la levée de la malédiction littérale qui a couché sur la terre russe depuis son martyre. Le père Gleb Yakounine – qui est maintenant en proie à une cruelle captivité précisément pour avoir fait des déclarations de ce type – a écrit une lettre aux Russes orthodoxes de la diaspora, signé également par plusieurs de ses frères de lutte, qui exprime les mêmes idées sur le tsar que Monseigneur Jean a exprimé. À la fin de cette lettre, il écrit:

« Le sens de l’histoire du monde de la mort du martyr de la Famille Impériale, quelque chose qu’il assimile à des événements bibliques les plus importants, consiste dans le fait qu’ici la période Constantionopolitaine de l’existence de l’Eglise du Christ arrive à son terme, et un nouvel âge apocalyptique, martyrologique, s’ouvre. Il a commencé avec le sacrifice volontaire de l’ultime empereur orthodoxe et de sa famille. La tragédie de la famille royale a répandu comme une malédiction sur la terre russe, et est devenue le prologue symbolique du long cheminement de la Russie de la Croix – la mort de dizaines de millions de ses fils et filles. La canonisation des martyrs impériaux sera pour la Russie la levée de son du péché de régicide; ce sera enfin la délivrance de ses malédictions « [La Pensée Russe, le 6 décembre 1979; no. 3285, p. 5].

Il est trop simple, bien sûr, de dire que la glorification des Nouveaux Martyrs, y compris la famille royale, entraînera la restauration de la Sainte Russie. Mais si le peuple orthodoxe, à la fois en Russie et dans la diaspora, recevraient cet acte de tout son cœur, et l’utilise comme une occasion de se repentir profondément de ses péchés, on ne peut pas mesurer l’impact que cela pourrait avoir sur la Russie. (…)

Saint Séraphin de Sarov a parlé à Motovilov concernant l’état spirituel des derniers chrétiens qui resteront fidèles à Dieu avant la fin du monde:

image«Et dans les jours de cette grande douleur, dont il est dit que personne ne serait sauvé à moins qu’à cause des élus, ces jours seront abrégés – en ces jours, donc,  le reste des fidèles feront l’expérience de quelque chose proche de ce qui a été expérimenté par le Seigneur Lui-même quand Il était suspendu sur la croix, étant Dieu parfait et homme parfait, lui-même se sentait tellement abandonné par sa divinité qu’il lui cria: Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-Tu abandonné? Les derniers chrétiens connaîtra également en soi un abandon similaire de l’humanité par la grâce de Dieu, mais seulement pour un temps très court, après quoi le Seigneur ne tardera pas à apparaître dans toute sa gloire, et tous les saints anges avec Lui. Et puis sera accompli dans toute sa plénitude tout ce qui a été ordonné avant les âges dans le dessein pré-éternel (de la Sainte Trinité) « [La Parole orthodoxe, 1973, no. 50, pp. 123-4].

Cette prophétie n’a jamais été imprimée en Russie, et pourtant elle est connu aujourd’hui. Dans une lettre d’un prêtre, publié dans le premier numéro du périodique Nadezhda, décrivant sa visite à Sarov et Diveyevo et sa découverte là-bas que la Sainte Russie était encore en vie, et cette prophétie d’une vieille femme, Evdokia, qui venait de recevoir la Sainte Communion, selon laquelle les religieuses du couvent Diveyevo (qui a été fermé en 1926) y vivront à nouveau. Se adressant au prêtre, elle dit: «Bientôt, bientôt, ici à Diveyevo, il y aura une célébration. Il ne reste maintenant, non pas des années ni même des mois mais des jours et des heures avant l’ouverture du monastère et la manifestation de quatre reliques: celles du Saint, la Fondatrice (de Diveyevo) Alexandra, Matouchka Marthe et Sainte Evdokeyushka, qui ont été torturées et tuées par les athées. Le Saint me commande: Dis lui et à personne d’autre, que bientôt, très bientôt, à la fois le monastère et les reliques seront ouvertes. Il m’ordonne de vous dire que ne devez pas manquer de venir ici pour l’ouverture de l’église et des reliques »[Nadezhda, 1977, no. 1, p. 148].

Nous avons le témoignage maintenant de nombreux observateurs en Russie même du fait que la Sainte Russie est toujours en vie malgré le règne continu de l’athéisme en Russie, . Voici chapeau Gennady Shimanov dit:

« La Sainte Russie ne peut pas être enterré, elle ne peut trépasser; elle est éternelle et victorieuse, et c’est précisément à elle que le dernier mot dans l’Histoire de notre peuple appartiendra. La Sainte Russie a seulement disparu de la surface de la vie contemporaine, mais elle continue à vivre dans ses profondeurs cachées, pour germer dans le temps qui sera agréable à Dieu, ayant survécu à l’hiver. Elle refera alors surface à nouveau pour orner la face de la terre russe, qui a été si cruellement battue par les tempêtes de feu et de glace « [The orthodox Word, 1973, no. 50, p. 98].

Message de la Russie au monde

Dans le livre qui décrit plus précisément en détail les événements qui doivent se produire à la fin du monde, l’Apocalypse de saint Jean le Théologien, à l’ouverture du septième sceau, qui précède la dernière plaie à venir sur l’humanité; il est dit que c’était le silence dans le ciel pendant une durée d’une demi-heure [Apoc 8: 1]. Certains ont interprété cela comme voulant dire une courte période de paix avant les derniers événements de l’histoire du monde – à savoir, la courte période de la restauration de la Russie, pendant laquelle la prédication de la repentance mondiale commencera par la Russie – ce « nouveau mot ultime » que la Russie doit donner au monde selon Dostoïevski [Pouchkine discours, Le Journal d’un écrivain, tr. Boris Brasol, New York, George Braziller, 1954, p. 980]. Dans les conditions actuelles du monde, lorsque les événements d’un pays sont connus dans le monde entier presque instantanément, et lorsque la Russie, purifiée par le sang de ses martyrs, possède en effet une meilleure chance que tout autre pays à se réveiller du sommeil de l’athéisme et de l’incroyance – on peut déjà concevoir la possibilité d’un tel événement. Comme l’ont dit le Père Dimitry Dudko et d’autres, il ne se peut que le sang des martyrs innombrables de la Russie ait coulé en vain; Sans aucun doute c’est la semence de la dernière grande floraison du vrai christianisme.

Mais il est facile de se perdre dans les rêves du monde futur. Nous devons être conscients de ce qui se passera à la fin du monde, et de ce qui peut arriver en Russie. Mais les événements spirituels tels que la résurrection de la Russie dépendent chaque âme individuelle. Cet paradis n’arrivera pas sans la participation des orthodoxes – notre repentir et de lutte. Et cela ne concerne pas seulement les gens de la Russie elle-même – il se agit de l’ensemble de la diaspora russe, et tous les orthodoxes du monde.

Mgr Jean, dans le même rapport à la communauté de la disapora de 1938 que je ai déjà cité, parle de la mission apocalyptique du peuple russe en dehors de la Russie :

« Dans le châtiment, le Seigneur  montre en même temps au peuple russe la voie du salut en en faisant un prédicateur de l’orthodoxie dans le monde entier. La diaspora russe a rendu toutes les extrémités du monde familier avec l’orthodoxie; la masse des exilés russes, pour la plupart, est inconsciemment un prédicateur de l’orthodoxie. Pour les Russes à l’étranger, il leur a été accordé de briller dans le monde entier avec la lumière de l’orthodoxie, de sorte que les autres peuples, voyant leurs bonnes actions, puisse glorifier notre Père qui est dans les cieux et obtiennent le salut pour eux mêmes. La disapora devra se convertir au chemin de la repentance et ayant obtenu le pardon pour elle même par le biais de la prière à Dieu et être ainsi née de nouveau spirituellement elle deviendra capable de redonner vie aussi à notre mère-partie affligée.” [The Orthodox Word, 1973, no. 50, pp. 92, 94].

Ainsi les Russes à l’étranger par leur vécu de la vraie vie de l’Orthodoxie, devrait préparer la voie à la prédication de saint Séraphin annonçant la repentance du monde entier. Dans une certaine mesure ce qui se passe, et on peut même commencer à le voir, parallèlement à la relance orthodoxe en Russie, c’est une véritable prise de conscience orthodoxe en Amérique et d’autres terres à l’extérieur de la Russie.

imageMais tout dépend de chacun sur nous: si nous nous éveillons à la vraie vie orthodoxe, la Sainte Russie sera rétablie; si nous ne le sommes pas, alors Dieu peut reprendre sa parole.

Mgr Jean a terminé son rapport de 1938 avec une prophétie et un espoir qu’il y aura une véritable Pâque en Russie qui brillera dans le monde entier avant la fin de toutes choses et le début du Royaume universel de Dieu :

« Secouez loin de vous le sommeil de découragement, fils de la Russie! Voici la gloire de sa souffrance et de sa purification; lavez vous de vos péchés! Renforcez vous dans la foi orthodoxe, de manière à être dignes de demeurer dans la maison du Seigneur et de vous installer sur Sa montagne sainte! Debout, debout, Lève-toi, Russie, toi qui a bu, des mains de l’Éternel, à la coupe de sa colère! Lorsque ta souffrance sera terminé, ta droiture te guidera et la gloire de l’Éternel t’accompagnera. Les peuples viendront à ta lumière, et les rois à l’éclat qui rayonnera sur toi. Alors, levez les yeux et voyez: voici vos enfants qui viennent à vous de l’Occident, et du Septentrion, et de la mer, et de l’Orient, vous bénissant dans le Christ pour toujours. Amen »[Ibid, p. 94].

Cette adresse, prononcé lors de la Conférence de la jeunesse orthodoxe à San Francisco en 1981, a été publié à l’origine dans le mot orthodoxe, n ° 100-101. (1981;. Vol 17, n ° 5-6.), Pp 205-217. Un enregistrement audio en anglais est disponible auprès de la Librairie du Monastère de la Sainte-Trinité , Jordanville, NY 13361

source http://www.SfaturiOrtodoxe.ro/ORTHODOX Traduction par Géocédille

Publicités

3 réflexions sur “Séraphin Rose sur la Russie à la fin des temps

  1. Pingback: Requête de Poutine, intérêt de la Russie pour Fatima, Regnum Mariae… | Créations Chrétiennes

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s