Prophéties de Saint Ignace Briantchaninov

Saint Ignace Briantchaninov (1807-1867), était évêque du Caucase et de la Mer Noire de l’Église orthodoxe russe.

 

imagea plupart des hommes croient être des vrais chrétiens tout en ignorant le christianisme, qu’ils confondent avec les théories philosophiques mondiales. Les hommes veulent un christ qui leur parle de cette vie temporelle et non de la vie éternelle. Ils désirent un christ qui leur offre les biens de cette vie ici-bas et non de celle de l’au-delà, qu’il soit un chef de ceimagette vie terrestre et non le Chef de la Vie future. Par cela même, les hommes se précipitent pour recevoir l’Antichrist – tout comme les juifs au temps du Christ et à toute époque depuis lors.
Les juifs ont attendu le Messie pendant des siècles, et lorsqu’il vint ils ne Le reçurent pas, mais le crucifièrent. Pourquoi ? Parce que le Christ n’était pas tel qu’ils s’attendaient à Le voir. C’est pourquoi ils ne reconnurent pas le Messie en sa personne. Ils attendaient un roi terrestre, un conquérant du monde qui puisse soumettre au peuple d’Israël tous les peuples de l’univers, en donnant de la force et de la gloire à ses adeptes.
Cependant en Le voyant pauvre et humble, doux et plein de paix céleimageste, en voyant qu’Il leur offrait des biens célestes au lieu de biens terrestres, ils comprirent qu’il ne leur convenait pas. Il n’était pas le Messie qu’ils attendaient, mais juste son contraire. C’est pourquoi ils Le crucifièrent et se mirent à attendre un autre « Messie », qu’ils continuent toujours à attendre et qu’ils accueilleront enfin en la personne de l’Antichrist qui est à venir.
Et avec les juifs des millions d’hommes qui se prétendent chrétiens, attendent un messie sans se douter que ce sera le même messie qui est attendu par les juifs. Et en effet, le messie juif viendra et donnera aux juifs tous les biens matériels qu’ils attendaient du Christ. Ce « messie » les frappera par ses miracles et ses prodiges, qui effrayeront les hommes jusqu’au bout de la terre et qui tout en rampant viendront tomber à ses pieds. Il réunira en un seul État mondial tout les peuples de la terre; ce qui remplira de joie le cœur des scribes et des pharisiens. Il sera non le Christ, mais l’Antichrist.
L’Antichrist n’apparaîtra pas dans l’histoire humaine d’une manière foudroyante, il n’aura pas un aspect repoussant, car il pratiquera une morale toute humaine. Il viendra après une préparation séculaire qui a commencé depuis le début de l’Église – par le « mystère de l’iniquité » (II Thessaloniciens, 2 : 7) – et qui continue sans interruption jusqu’à aujourd’hui. Une lente apostasie qui sera bientôt consommée, opérant par « le mystère de l’iniquité » (II Thessaloniciens, 2 : 3-7), a préparé l’humanité à recevoir l’Antichrist qu’elle attend comme son chef idéal. Dans la personne de l’Antichrist, l’humanité verra son plus grand « bienfaiteur ».
image Personne ne peut dire quand et comment viendra l’Antichrist. Ce qui est certain que tous ces mouvements d’infractions des états et des « églises », tous ces compromis, toute cette uniformisation de l’humanité sous la pression de la culture technique ouvrent le chemin à l’Antichrist. Une pareille évolution de l’humanité peut être excellente selon le critère mondain. Cependant selon le critère chrétien une telle évolution n’est qu’une dégringolade vers la catastrophe.

La mort de ce monde arrivera [lorsqu’il sera] au sommet de sa « gloire », au sommet de la tour de Babel, au sommet de l’orgueil humain, lorsque l’homme se trouvera au zénith de son ambition orgueilleuse et voudra se diviniser par ses propres forces sans tenir compte de Dieu. Et lorsque le Christ reviendra, Il trouvera l’homme dans toute la « gloire » de son insanité luciférienne. Ce qui est plus tragique que le mal se présentera aux yeux des hommes comme un bien.
La condamnation que l’homme s’attirera lui-même ne sera pas seulement une catastrophe physique et matérielle – que redoutent tant les hommes. La mort du corps sera pour l’humanité un mal bien moindre que celui qui doit venir – et qui sera incroyablement plus cruel et plus inhumain. Ce sera le chef-d’œuvre de la fantaisie diabolique, la plus grande raillerie qui aie jamais existé. La catastrophe vers laquelle se dirige l’humanité aura l’apparence de sa plus grande « réussite ». Ce sera le sommet de la tour de Babel. Le point culminant de la vanité humaine. Le couronnement de l’orgueil humain !
imageTout ceci n’effraye pas le chrétien qui sait d’avance que le monde se condamne par lui-même (Tite, 3 : 11). C’est pourquoi le Christ ne prie pas pour le monde, qui gît dans le mal (I S. Jean, 5 : 19), mais pour ceux qui Lui ont été donnés (S. Jean, 17 : 9). Aussi Dieu n’exige-t-il pas du chrétien de sauver le monde – qui est un bateau en naufrage à cause de sa structure pourrie. Ce que Dieu demande aux chrétiens c’est le « sauve qui peut » des naufragés. L’Église orthodoxe du Christ, telle une Arche de Noé, vogue tout près des naufragés et tous ceux qui veulent se sauver doivent s’y réfugier.
D’ailleurs, toute la vie en Christ n’est qu’un « exode » de ce monde, de cette Égypte des passions pour se réfugier dans l’Arche de l’Église. Toutefois au temps de l’Antichrist l’Arche de l’Église pourra difficilement être distinguée. Ce qu’on reconnaîtra officiellement comme « Église » aura par degré trahi le Trésor de la Foi et rappellera une bouillie unifiée, qui à l’aide de la ruse luciférienne possédera certaines apparences de l’Église. Et seuls des petits groupes épars de fidèles (avec une partie minime du clergé) auront conservé vivante la vraie Tradition.
imageQui donc pourra reconnaître l’Église du Christ dans ces petits groupes de vrais croyants orthodoxes méprisés et privés de tout éclat extérieur. Cependant c’est juste ces petites paroisses éparses et sans coordination, mais liés entre elles par des liens mystiques du Corps et du Sang du Seigneur, dans le Saint-Esprit, dans la seule Foi et la Tradition inaltérée – c’est justement elles qui représenteront vers la fin du monde l’Église orthodoxe, une, sainte, catholique apostolique.
En ce temps-là même les élus risqueront de s’égarer. Il faudra une grande hardiesse pour qu’un homme ose adhérer à cette minorité de vrais croyants au risque d’être moqués par les « intelligents » et les forts de ce monde. Il faudra une grande sagesse pour distinguer la Vérité, là où tout le monde ne verra que de la naïveté et de la bizarrerie idiote.
Combien d’entre les hommes pourront alors trouver leur chemin, lorsque tous les phares indiqueront de fausses voies? Alors, celui qui persévéra jusqu’à la fin – celui-là sera sauvé (S. Matthieu, 10 : 22)

 

Saint Ignace Briantchannov traduit du russe par Lydia Ouspensky.

Publicités

4 réflexions sur “Prophéties de Saint Ignace Briantchaninov

  1. Un très grand merci de nous faire découvrir ce texte magnifique. Quelle clarté de vue!
    Et plus personnellement, merci à vous Géocedille de nous faire partager vos connaissances.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s