Le printemps gazier arabe

Je vous propose aujourd’hui une lecture des événement qui secouent l’est méditerranéen avec une approche inédite dans les médias occidentaux : Celle de l’ouverture à la prospection des Zones Économiques Exclusives (ZEE) en méditerranée.

ZEE kézako ?

Le grand public n’a guère entendu parle des ZEE. Pourtant, il s’agit d’une évolution majeure dans le droit international, évolution qui implique des tension croissantes entre pays riverains et qui aboutit à un élargissement considérable des concessions pour l’exploration pétrolière off-shore.

Les ZEE découlent d’un traité nommé Convention des Nations unies sur le droit de la mer (CNUDM ou UNCLOS) signé en 1982, ratifiée par l’UE, mais pas encore par tous les états, en particulier pas les USA.

Ce traité donne le droit au pays signataire d’exploiter les ressources des fonds marins qui se situent à moins de 200 miles marins de ses côtes.

Pour mémoire l’étendue des eaux territoriales sont historiquement de 3 miles, extensibles à 12 miles. Il s’agit donc d’un très vaste étendue marine, si vaste que dans des cas comme la méditerranée, elle ne laisse aucun espace marin international.

CARTE_GAZ-9b2a0Le traité prévoit que les limites mitoyennes entre les ZEE de deux pays voisins doivent être négociées dans le cadre d’accords bilatéraux.

On touche déjà là un sujet de tension internationale. Par exemple, la Turquie n’est pas contente de cette règle car les îles Grecques limitent considérablement l’étendue de sa ZEE.
La Turquie a défendu déjà à la Grèce d’étendre ses eaux territoriales de 3 à 12 miles nautiques en la menaçant de guerre. Elle fait également une lecture très particulière de la définition des ZEE, que sa position de candidate à l’UE l’oblige de reconnaître;
Gaz à tous les étages.

La signature des accords bilatéraux est donc un préalable indispensable à la concession des zones d’exploration off-shore par les gouvernements méditerranéens. Or ce processus est perturbé par les exigences de la Turquie, qui conteste également la ZEE de Chypre.

Ce pays n’a donc ouvert à l’exploration qu’une part infime de sa ZEE située face à Israël et au Liban. De même, quelques bémols se font entendre autour des concessions d’exploration cédées par Israël aux limites sud (Gaza) et nord (Liban) de sa ZEE.

Au fur et à mesure que les autres gouvernements de la région se seront entendus sur les limites respectives de leur ZEE l’exploration pourra débuter et cela implique la négociation des concessions avec les compagnies pétrolières.

Des gouvernement moins nationalistes.

Or étrangement, on constate que la quasi totalité des pays de la zone subissent depuis peu des basculements de régime, par la guerre civile pour ce qui est des pays arabes, par la déstabilisation politique pour ce qui est de la Grèce.

chypre-gaz-400-de-haut_0-72ea3A l ‘issue de ces changement de régime, les gouvernements en place se retrouvent souvent être les obligés des pays qui ont fourni une aide militaire au renversement du régime antérieur. Les régimes nationalistes arabes issus de la décolonisation balayés, l’arrivée des trusts pétroliers mondiaux ne sera que facilitée.

Et les réserves promettent d’être considérables.
Mais sans doute tout ceci n’est que pure coïncidence.

Engdahl2-9129f-a09d7En tout cas cette coïncidence conforte ce « proverbe africain » que je viens d’inventer mais qui est pourtant bien réaliste :

« De par le monde, le malheur de n’avoir pas de pétrole n’est dépassé que par une seule calamité plus terrible encore : celle qui consiste à en avoir. »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s